DIRECTION ARTISTIQUE NATHALIE NÉGRO

ABONNEMENT À LA NEWSLETTER  |  |

« avril 2018 »
L M M J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
SharePARTAGER

Question de principe - 2003

ARCHIVES
Nathalie Négro - piano
Christian Bini - percussions
Sébastien Mothes - magie-jonglage
Gilles Mottet et Olivier Stalla - compositions

"Accessoires essentiels
Le son naît du geste : c’est ce qu’ont démontré les compositeurs et interprètes de Question de principe, un spectacle ludique et musical créé au festival Les Musiques du GMEM. Conçu par des interprètes qui savent que la musique n’est pas abstraite, mais se fabrique avec des gestes et des instruments, ce spectacle correspond bien aux déclarations d’intention des fondateurs de PIANOANDCO, qui veulent confronter leur pratique de musiciens à celle d’autres artistes de la scène, ayant compris qu’un concert se voit aussi. Pari réussi, puisque leur spectacle, intelligent et drôle, a conquis d’emblée un public composé d’adultes et d’enfants, de musiciens et de circasiens et de simples curieux.
Christian Bini, percussionniste, y jouait de la chaussure et de la boite à cigare, répondant au piano préparé de Nathalie Négro, et aux gestes étonnés de Sébastien Mothes, un jongleur de l’illusion pince sans rire et discrètement virtuose.
Puis le spectacle prenait de l’épaisseur sonore, Olivier Stalla et Gilles Mottet ayant composé à quatre mains une partition partant de sons concrets auxquels s’ajoutaient progressivement piano et vibraphone, puis percussion virtuelle et bande électroacoustique.
Les instrumentistes rivalisant de présence légère, entraînaient dans leurs notes les balles et les bulles du jongleur qui à son tour, faisait naître des sons, puisque ses mouvements et les rebonds de ses accessoires déclenchaient en direct les bruits et les mots de la percussion virtuelle. Le spectacle s’arrêtait justement quand les sons se transformaient en phrases puis en propos : question de principe ?« Le César Mai 2004 »Jongler avec les sons
Deux mains sortent d’un rideau, entre un piano à queue et un vibraphone. Elles portent deux boules transparentes et jonglent lentement. Un peu après, ces mains retrouvent leur maître, Sébastien Mothes, jongleur : elles parcourent un mur invisible. Chaque fois qu’elles touchent la surface, un son surgit, une voix brouillée, spatialisée. Nous sommes au GMEM , quelques jours avant la création « mondiale » de Question de principe.
Avec leur association, PIANOANDCO et Pourquoi pas, la structure des deux compositeurs, Gilles Motet et Olivier Stalla, la pianiste Nathalie Négro et le percussioniste, Christian Bini ont monté ce spectacle dont ils règlenet les derniers details avant la Friche le 14 mai. « C’est un spectacle déjanté, complètement schizophrène », reconnaît la pianiste et son acolyte qui opine. Lui-même, auc ours du spectacle joue avec un matériel de cireur de chaussure et s’occupe des pieds de Nathalie Négro, avant de finir couché sur le piano. On est loin de l’atmosphère parfois compassée du récital.
La musique contemporaine sert ici de tremplin à l’imaginaire. « Ce spectacle musical est né de notre volonté mutuelle de faire de la création musicale avec tous les arts vivants, explique la pianiste. Jouer avec Sébastien Mothes, illusionniste et jongleur, nous ouvre un champ énorme. Il fait complètement partie de la création ». Son rôle évolue au fil du spectacle : d’abord illustratif, il devient actif et musicien. A l’aide d’un logiciel inventé par le GMEM, Kaptur Vns, il manipule des sons. « La composition d’appuie sur un poème de Prévert qu’elle utilise comme une matière sonore. Une caméra capte les gestes ou la lumière dans un espace donné. Ce logiciel découpe ensuite l’espace en plusieurs zones auxquelles correspondent des sons particuliers ». explique Sébastien Mothes. Les sons préenregistrés sont déclenchés par les gestes du jongleur, à partir d’un logiciel kaptur Vns. Sénastien Mothes a donc dû construire une véritable chorégraphie pour adapter son art à cet univers créatif dont il désormais un habitant"
Marseille l’Hebdo mai 2004

DATES
> Friche de la Belle de Mai - 14 mai 2004 - dans le cadre du Festival Les Musiques - Marseille
> Cité de la musique - juin 2004 - Marseille
> Festival Durance Lubéron - 19 Août 2004 - Cadenet


 
 
pianoandco 13, cours Joseph Thierry - 13001 Marseille - T. +33 (0)6 61796427 - mentions légales